AUDITEUR

Par son action intermittente et ponctuelle de contrôle et d’analyse en profondeur de certaines fonctions (audit comptable, audit de gestion, audit informatique…) ou opérations (investissements, acquisition…), l’auditeur doit permettre d’apprécier la situation financière réelle de l’entreprise et d’évaluer les risques.

En cabinet comme en entreprise, l’auditeur réalise des études spécifiques sur la situation financière, comptable et administrative de l’établissement en ayant pour objectif de vérifier les procédures et détecter les anomalies. Le but de l’auditeur est de remédier aux dysfonctionnements en proposant des informations, des analyses, des mesures correctives et des recommandations concernant les activités examinées.
Auparavant limité à l’audit comptable, financier et administratif, sa mission s’étend aujourd’hui à l’ensemble des fonctions opérationnelles de l’entreprise : on parle «  »d’audit opérationnel » » dans le cadre d’une demande d’expertise plus ciblée sur les activités (gestion, informatique, technique, commercial, organisationnel, marketing).
L’ampleur des missions et les responsabilités qui en découlent nécessitent, pour un débutant à ce poste, d’être intégré dans une équipe d’auditeurs dirigée par un responsable d’audit (ou chef de mission) qui pourra l’initier aux étapes et aux méthodes de travail.

Autres intitulés du poste : Auditeur interne, Auditeur externe, Assistant audit

Les activités principales

L’objectif d’un audit est de répondre à des questions précises. Pour cela, l’auditeur met en œuvre une méthodologie qui peut se dérouler en 3 phases :

  • phase de préparation et d’identification ;
  • phase d’observation sur le terrain ;
  • phase de conseil et de préconisations avec remise d’un rapport de synthèse des informations et recommandations.

L’auditeur junior intervient sur tout ou partie des étapes du travail, et avec plus ou moins de responsabilités.
Selon les missions confiées, il :

  • contrôle l’application des normes et procédures de l’entreprise ;
  • vérifie le bon fonctionnement des flux d’informations et l’exactitude des données ;
  • détecte les anomalies et les zones de risques ;
  • participe aux recueils d’informations comptables et de gestion ;
  • analyse les effets, diagnostique les causes des dysfonctionnements ;
  • rédige un rapport d’observation ;
  • participe à la rédaction du rapport final ;
  • réalise des entretiens ;
  • assure une veille en matière de législation, de normes et de pratiques comptables et financières (nationales et internationales). En effet, les tâches des auditeurs se complexifient avec de nouvelles règles internes à la profession (code de déontologie notamment) et externes (normes IFRS, Sarbannes Oxley aux Etats-Unis).

Les activités éventuelles (phase conseil et préconisation)

  • Propose des améliorations ;
  • Préconise un plan d’action ;
  • Propose des recommandations sur l’organisation, les procédures de gestion, les systèmes d’information ;
  • Prend en charge des audits opérationnels.

Les variantes selon l’employeur

Si l’auditeur interne exerce en entreprise, il est rattaché, dans les 3/4 des cas, à la direction générale, ceci est sensé garantir l’indépendance de sa mission. Lorsqu’il est rattaché hiérarchiquement à la direction financière, il reste en relation fonctionnelle avec la direction générale. De façon plus spécifique, l’auditeur interne travaille dans des très grandes structures où il est garant du bon fonctionnement des systèmes de contrôle interne à l’entreprise. Il veille au respect de l’application des règles financières et comptables. Si besoin est, il peut intervenir dans toutes les fonctions de l’entreprise.
Si l’auditeur externe exerce dans un cabinet d’audit et de conseils (cas le plus fréquent pour un auditeur junior), il est détaché chez l’entreprise cliente pour effectuer soit des missions de pur contrôle (audit légal et commissariat aux comptes), soit des missions de contrôle et de conseil. Les auditeurs externes juniors sont très souvent amenés à suivre une formation interne pour appréhender les méthodes de travail propres au cabinet recruteur. Dans l’ensemble, ses missions sont proches de celles de l’auditeur interne, à ceci près que la fonction de conseil est plus développée. Une autre différence tient au fait qu’il doit prendre connaissance de la réalité de l’entreprise cliente dans son ensemble, quelle que soit l’ampleur de sa mission.

Le rattachement hiérarchique

En entreprise

  • Direction générale
  • Directeur financier

Dans un cabinet d’audit et de conseils

  • Responsable ou Directeur d’audit
  • Directeur du cabinet

Les relations de travail

À l’intérieur de l’entreprise :

  • La direction générale
  • Le service dans lequel se déroule l’audit

À l’extérieur de l’entreprise :

  • Les administrations extérieures concernées
  • Éventuellement un cabinet conseil pour l’auditeur interne

Profil

Formation supérieure universitaire ou école de commerce 3eme cycle spécialisé en trésorerie ou finance avec une technicité forte sur les outils et produits financiers

Salaire

35k€ à 45k€ pour un débutant

45k€ à 55k€ après 3 ans d’expérience

55k€ après 5 ans d’expérience

Découvrez ce métier plus en détail avec les fiches d’auditeur interne et auditeur externe