L’Indemnité de Fin de Mission

Le salarié intérimaire peut recevoir différentes indemnités lorsqu’il a terminé sa mission. Généralement, il perçoit des indemnités pour congés payés s’il ne les a pas pris et a droit à des indemnités de fin de mission (IFM). Aujourd’hui, nous nous attardons sur ses IFM.

Le montant des IFM

Ces indemnités sont destinées à compenser la précarité de l’emploi. Elles sont égales au moins à 10% de la rémunération totale brute perçue durant la mission du travailleur intérimaire. Les conventions collectives peuvent prévoir une part plus élevée.

Par exemple : Vous avez effectué une mission de 3 mois en 35h, votre rémunération est de 1800€ brut par mois. En considérant que vous n’avez pas effectué d’heures supplémentaires ni pris de congés payés, votre rémunération totale brute perçue est donc de : 1800€ X 3 mois = 5400€ auxquels on ajoute les indemnités de congés payés : 10% X 5400€ = 540€ soit une rémunération totale de 5940€. L’indemnité de fin de mission afférente sera de 594€ brute.

Le versement des IFM

C’est l’entreprise de travail temporaire qui doit verser l’indemnité de fin de mission à son salarié intérimaire. Elles sont donc versées à la fin de la mission et figure sur le dernier bulletin de salaire. Cette indemnité est assujettie à la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et à la contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS).

Il existe certains cas où cette indemnité ne sera pas due par l’employeur :

  • Poursuite de la mission en Contrat à Durée Indéterminée (CDI),
  • Rupture du contrat de mission de manière anticipée à l’initiative du salarié intérimaire,
  • Contrat saisonnier ou d’usage,
  • Rupture du contrat pour faute grave ou faute lourde,
  • En cas de force majeure.

Découvrez ici vos droits en terme d’Indemnités de Fin de Missions et vos montants d’indemnités compensatrices de Congés Payés.